Acteurs césarisés : en progrès - Statistiques Populaires - CRAN


Acteurs césarisés : en progrès

Acteurs césarisés : en progrès

Un ami du CRAN, tout à fait cinéphile, a enquêté pour vous. Pendant longtemps, les César en particulier, et le cinéma en général, étaient désespérément fermés à la diversité. Depuis le début des années 2000, la situation tend à s'améliorer, même si elle demeure très problématique.

De 1976 à 2000, on compte 0% d'acteurs issus de la diversité parmi les nominés, et a fortiori parmi les récompensés. Puis, en 2004, Omar Shariff ouvre la voie (M Ibrahim et les fleurs du Coran), suivi de Tahar Rahim en 2010 (Un Prophète) et Omar Sy en 2012 (Intouchables).

Au total, de 1976 à 2015, les acteurs issus de la diversité représentent 2 % des nominés, mais 7,5 % des récompensés. Ce décalage montre que les acteurs issus demeurent très marginalisés dans le monde du cinéma (2 % de nominés sur la période observée, cela reste très faible). Seuls arrivent à percer ceux qui sont vraiment excellents, mais alors, quand ils sont nominés, ils ont de grandes chances d'être primés, comme le montre le pourcentage bien plus élevé d'acteurs césarisés (7,5%).