Qui a peur des statistiques ethniques ? - Statistiques Populaires - CRAN


Qui a peur des statistiques ethniques ?

Certains affirment que les statistiques ethniques pourraient être utilisées à des fins policières, voire racistes. C'est absurde. Si un policier raciste veut faire du contrôle au faciès, il n'a nul besoin de statistiques ethniques. Dès qu'il croise un Arabe ou un Noir, il peut décider de le contrôler s'il le veut. En revanche, s'ils veulent démontrer qu'il y a du contrôle au faciès, les antiracistes sont obligés de recourir aux statistiques ethniques, pour montrer qu'il y a une sur-représentation des non-blancs parmi les sujets contrôlés. C'est ce qu'ont fait le CRAN (en 2008) et des chercheurs du CNRS (en 2009). En définitive, les statistiques sont le meilleur outil pour mettre en évidence les discriminations collectives.

Au fond, les statistiques ethniques font peur car elles révèlent ce que certains essaient tant bien que mal de cacher. Dans certains lieux de notre pays, il y a des contrôles au faciès, dans d'autres, il y a une ligne de couleur, une vraie logique d'apartheid qui ne dit pas son nom. Les statistiques le prouvent, et forcément, cela dérange.